Notre site utilise des cookies pour vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez leur usage. En savoir plus et gérer ces paramètres.

Acheter pour investir

Pour se constituer un patrimoine, préparer sa retraite ou simplement pour payer moins d’impôts, l’investissement dans l’immobilier neuf à but locatif reste l’un des placements favoris des français, mesures fiscales aidant, mais la sélection des sites et des programmes obéit désormais à des critères plus rationnels qu’auparavant.


Résultant à la fois d’une évolution des comportements sociaux et du passage inéluctable d’un marché quantitatif à un marché qualitatif, les besoins en matière de logements locatifs se déterminent désormais à travers l ‘analyse de multiples segments d’utilisateurs potentiels : les personnes âgées, les familles monoparentale, les jeunes travailleurs délocalisés, les actifs isolés, les jeunes couples, les étudiants….


Chaque créneau a des attraits particuliers qu’il faut analyser sans « à priori », les locataires actuels n’ont pas votre mode de  vie ni votre vision d’un logement et de sa situation.
Vous n’habiteriez pas dans les deux tiers des logements locatifs occupés aujourd’hui ! A l’échelle nationale, 40% des français sont locataires de leur logement et ce pourcentage grimpe à 51% dans les agglomérations de plus de 400 000 habitants.


Les besoins existant augmentent sur de nombreuses polarités urbaines et le ralentissement des mises en chantier et des autorisations de construire vont accentuer cette situation.
Les difficultés d’accès à un logement locatif dans les grandes villes vont perdurer et les propriétaires bailleurs disposeront toujours d’un potentiel de marché  conséquent.


Un investissement immobilier n’est pas une dépense mais un investissement, il ne peut pas se concevoir avec un esprit de  « consommateur » mais avec celui d’un « investisseur ».


Même lorsqu’il ne s’agit pas de se loger soi-même l’achat d’un bien immobilier reste une décision éminemment subjective et votre affect prendra souvent le dessus sur la froide réalité des chiffres. Quoi qu’il en soit, l’investissement locatif reste un placement à fort potentiel, le seul qui se réalise « à crédit » et qui offre « in fine » un bon taux de rendement interne.


Les objectifs habituels d’un placement immobilier sont :

  • La préparation de sa retraite (complément de revenus à l’extinction du financement)
  • La constitution d’un patrimoine.
  • La protection de sa famille.
  • L’optimisation de ses capacités d’épargne.
  • La diminution de son impôt sur le revenu.

A cet effet, l’Etat, reconnaissant la fonction économique et sociale du bailleur privé, lui accorde des avantages fiscaux.
Ce principe selon lequel l’Etat apporte un soutien au secteur locatif privé n’a rien de nouveau, puisque le premier dispositif visant à encourager l’investissement locatif privé au travers d’une réduction d’impôt remonte à 1985 et à une loi de Pierre Méhaignerie, alors ministre du logement.
Le dispositif actuellement en vigueur est la loi PINEL